KOA CONFINEMENT

Suite à ma précédente aventure, rallier Chambéry à Marseille en courant, j’ai décidé de me lancer dans une nouvelle aventure, un cran plus élevé ! Réaliser le record du monde de la plus longue distance en paddleboard (Rescue Board)
Ce projet, plus gros nécessitait la création d’une équipe, et de récolter des fonds !
J’ai développé une marque, KOA pour pouvoir communiquer au nom d’une équipe et non en nom propre !

POURQUOI KOA ? 

Tout d’abord l’acacia Koa est un arbre qui pousse à Hawai dans lequel les anciens fabriquaient des planches de paddle et des canoës !
Mais également en traduction littérale (de l’Hawaïen) , Koa veut dire soldat/guerrier. J’aime l’image du guerrier, qui va jusqu’au bout de ses objectifs, (en mettant l’image de violence de côté).

VIDÉO DE PRESENTATION

“C’est en réalisant l’impossible que tout devient possible !”

nytimes-logo-3

L’AVENTURE

UN DÉBUT MOUVEMENTÉ

Nous sommes le 3 septembre à Vintimille, il est 00h01, en route pour une aventure hors du commun !  Une équipe présente au top pour m’accompagner dans ce challenge !
Le départ est plus compliqué que prévu, une forte houle et vent de terre, mais il faut partir !
Malheureusement, le vent me pousse m’emmenant en direction du large, je lutte pour garder le cap, impossible de lutter en restant sur la planche.
Je décide de descendre de la ma ressue board et de rejoindre mon point de départ à la nage, après 1h00 de nage je reviens à mon point de départ, et d’un commun accord avec l’équipe nous décidons de reporter le départ au matin 6h00 !

C’est parti pour une aventure qui sera riche en péripéties, je prévois de naviguer 12 à 14 h par jour et réaliser 40 à 50 km sur la planche.

Les jours s’enchainent mais ne se ressemblent pas je fais des journée entre 40 et 60 km agrémentés de nombreuses péripéties…

DES ANECDOTES ET DES PÉRIPÉTIES

Un jour le vent soufflait à plus de 40 km/h et la houle était très forte, je décide tout de même de partir, mais les conditions étant tellement mauvaises, et j’ai été poussé en direction d’une barre rocheuse et je me suis écrasé et j’ai cassé la planche sur les roches. Mon premier réflexe a été de protéger mon matériel, mais en faisant cela une vague m’a emporté m’écrasant ainsi contre les rochers. J’ai eu beaucoup de chance en ayant aucune blessure dans cet épisode !

Un autre jour lors de ce challenge, toute la zone était privée en amont de Bormes-les-Mimosas, m’empêchant ainsi d’accoster pour rejoindre mon équipe. Ma montre GPS et mon portable arrivant à court de batterie, mon équipe a vu mon point GPS s’éteindre. Pour rejoindre mon équipe, j’ai décidé d’accoster tout de même au niveau du Fort Brégançon (Bormes-Les-Mimosas), mais le gardien de ce lieu m’attendait au bord de la l’eau en me précisant que si je posais un pied au sol c’était “15 000 euros d’amende et qu’ici nous étions en France ! » J’ai donc décidé de continuer avancer sans pouvoir prévenir mon équipe. L’inquiétude est montée dans mon équipe et ils ont déclenché les secours maritimes, un hélicoptère des secours maritime m’a survolé et m’a repéré lorsque j’arrivais au niveau d’une plage ou je pouvais accoster, je leur ai expliqué la situation, qu’ils ont compris…

UNE ÉQUIPE EXCEPTIONNELLE

Durant cette aventure j’ai été accompagné par une équipe merveilleuse, toujours présente pour moi,

Richard GUIBERT, s’occupant de toute la logistique et de la conduite du camion
Médérick IFTENE, community manger + photographe
Alexandre GUIBERT, coach sportif
Alexis LEMÉE FREMONT, vidéaste + photographe
Mélissa SEGRETAIN, en soutien global
Lucien HUSSENET, webmaster

L’AFTER MOVIE

#PADDLE

nytimes-logo-3